Retour   
Petite histoire du prieuré  
                                   

Les derniers vestiges du prieuré de Saint-Michel de Connexe se dressent à une heure de marche de Champ sur Drac-village.  Il est  sur le chemin  de la promenade jusqu'à la Roche Courbière, belvédère offrant une large vue sur la vallée du Drac. Ce prieuré date du X ième siècle. La récupération des pierres travaillées, le pillage des chapiteaux et de nombreuses fouilles pratiquées dans sa crypte souterraine à la recherche d'un hypothétique trésor, fragilisèrent ses restes  et sa dernière arche tomba à la suite d'un orage en décembre 1965.
L'évêque Hugues 1er de Chateauneuf, s'installe à Grenoble de 1080 à 1132. En 1084 c’est lui qui accompagne le moine Bruno qui va fonder un monastère au cœur du massif montagneux de la Charteuse. Il nous  apprend par certains écrits, que l'un de ses prédécesseurs appelé Humbert 1er d'Albon,  donne en 1012 l'église de Saint Laurent aux moines bénédictins de Saint Chaffre en Velay.  L'Eglise de St-Michel de Connexe, est désignée dans le cartulaire de St-Chaffre :  "... parmi lesquelles, le lieu de St-Michel apparaît convenable et apte à la vie religieuse ; il est non loin de Vif, au-dessus du fleuve appelé Dravus, sur le flanc de la montagne qui est dite Conissa. Le seigneur  Lantelme le fit construire à condition d’y être enterré, laissant à ce même lieu des biens-fonds et des églises, situées non seulement dans ce diocèse, mais aussi dans ceux de Gap et de Maurienne...".
Le cartulaire de Cluny fait état de la donation de ce prieuré entre 1061 et 1073, au temps du Pape Alexandre II. A cette époque, en effet, Cluny avait sous son obédience les prieurés de Domène et de Vizille, qui prirent la tête de "petites constellations monastiques". La concurrence était alors vive entre les différents rameaux de l'Ordre Bénédictin. L'abbaye de St-Chaffre  aurait cherché à s'ouvrir une route vers le Piémont et la riche Lombardie, objets de tant de riches convoitises.
Le 1er avril 1179, le Pape Alexandre III  confirme par une Bulle la possession de St-Michel de Connexe, à l'Abbaye de St-Chaffre, en même temps que les chapelles, églises ou monastères voisins de St-Nizier et de St-Martin-d'Uriage, de Pinet, de Villeneuve, de Champ, de la Motte, de St-Pierre et Ste-Marie-de-Mésage. Le prieuré St Michel avait alors sous sa dépendance directe les petits prieurés de Risset, de St-Ange et de St-Eynard. Il exerçait aussi le patronage sur les églises paroissiales de St-Pierre et St-Paul de Varces, les chapelles Notre-Dame des Autels et de la Madeleine. Mais aussi, dans le diocèse de Gap (on se rappelle la donation initiale du seigneur Lantelme qui avait des biens à Gap).
On retient que le prieuré a été à plusieurs reprises laissé plus ou moins à l'abandon, que l'Évêque de Grenoble, Siboud ALLEMAN, lors de sa visite pastorale en 1445 trouve que les constructions, y compris l'église, menacent ruine, que deux moines seulement y vivent sur place, au lieu des cinq qui devaient entourer le prieur ; il ordonne que des réparations soient effectuées dans les deux ans et la résidence effective de tous les moines. Avec le XVIe siècle, Champ-sur-Drac subit les guerres de religion et le prieuré vécu une alternance d’occupation et  d’abandon. Enfin, le 17 mars 1791, les masures et l'Église du Prieuré St-Michel furent vendues comme biens nationaux, au Sieur LONG, propriétaire à Champ-sur-Drac, pour la somme de 12 000 livres. Le prieuré devint une exploitation agricole et la nef avec la crypte servirent de refuge aux moutons.  

Depuis les propriétaires se sont succédés sans que la valeur historique du lieu ne prenne le pas sur sa valeur foncière. Les hommes et le temps ont fait leur oeuvre et aujourd'hui ne subsistent que quelques pierres que nous tentons de sauver.

Bibliographie : 

Site de Champ sur Drac : http://www.ville-champsurdrac.fr/associations-culture/patrimoine/

Mémoire d’archéologie médiévale de  Gérard CARDIN
Les Vestiges du Prieuré de St-Michel de Connexe par 
Jean MAURY dans Bulletin mensuel de l'Académie Delphinale - 8e série, 7e année, n°5 - Mai 1968.

Retour